Il y a une vie avec le VIH

voir! Il y a une vie avec le VIH

La PrEP intermittente est plus susceptible d'être efficace dans les relations sexuelles anales que dans les relations sexuelles vaginales

Les études pharmacodynamiques montrent que les concentrations du médicament PrEP sont non seulement atteintes plus tôt dans le rectum que le vagin, mais qu'elles sont également plus élevées.

Les résultats d'une étude portant sur la pharmacodynamique du ténofovir et de l'emtricitabine (les deux médicaments qui intègrent Truvada®, le seul médicament approuvé pour une utilisation en prophylaxie avant la [PrEP]) vous permettent de déterminer l'efficacité de la PrEP intermittente peut être supérieure à que ce que l'on pensait initialement, du moins en termes de sexe anal. Cependant, l'évolution des concentrations de médicaments dans le vagin et l'utérus signifie que cette stratégie peut ne pas être aussi sûre dans le cas de rapports vaginaux, du moins avec ces médicaments. Ces données ont été présentées à la huitième conférence de la Société internationale du sida sur les agents pathogènes, le traitement et la prévention du VIH / sida (IAS 2015), qui se tient cette semaine dans la ville canadienne de Vancouver.

L'une des études qui a reçu beaucoup d'attention était la soi-disant ADAPT, parmi les principales conclusions était que les personnes participantes adhéraient plus facilement à un schéma quotidien de PrEP qu'un modèle plus espacé ou basé sur l'anticipation des rapports sexuels. Malgré tout cela, l'étude Ipergay (dans laquelle elle est mise en évidence par un régime PrEP intermittent) a montré une efficacité de 86%, la même efficacité que dans l'étude PROUD, qui se traduit par une administration quotidienne (voir La noticia del dia 30 / 10 / 2014.E 22/10/2014.). Les bons résultats de l'étude sur la PrEP intermittente soulèvent la question de savoir dans quelle mesure les doses peuvent être espacées pour s'assurer qu'elles restent efficaces. À cet égard, plusieurs études ont examiné les taux d'absorption et d'élimination des médicaments inclus dans Truvada® ainsi que leurs concentrations dans le rectum et le vagin.

Dans une sous-étude d'Ipergay, les volontaires ont reçu une double dose de Truvada® et les taux de médicament dans le sang ont été vérifiés avant la première dose, et plus tard: 1 et 0,5; deux; 1; 2 et 4 heures après son administration, ayant également des échantillons de sécrétions et une biopsie rectale à ces moments. Il a été constaté que 8 minutes après l'administration de la double dose, des niveaux protecteurs d'emtricitabine rectale dans les sécrétions étaient déjà disponibles, étant donné qu'il fallait 24 heures pour détecter des niveaux adéquats de ténofovir. Cela peut signifier que lorsque vous commencez la PrEP, la première protection contre le VIH provient uniquement de l'emtricitabine.
L'augmentation de la concentration, dans la biopsie rectale, a été obtenue par la double dose n'était que de 40%, ce qui, de l'avis des auteurs de l'étude, reflète que, si vous prenez une préparation intermittente, il est extrêmement nécessaire de prendre des doses ultérieures après un rapport sexuel. sexuel.

La conférence a également présenté une autre étude sur la pharmacodynamique du ténofovir et de l'emtricitabine chez 19 volontaires (hommes et femmes) non infectés par le VIH. Les données ont montré que les concentrations maximales de ténofovir dans le tissu cervical (col de l'utérus) étaient bien inférieures à celles détectées dans le tissu rectal (environ 10% au mieux). De plus, le temps qu'il a atteint les niveaux les plus élevés était beaucoup plus long dans le col de l'utérus (10 à 12 jours) que dans le rectum (environ 5 jours).

Dans la présente étude, il a été estimé que la protection d'un rapport sexuel anal après une dose unique de ténofovir était de 77%. Bien que les résultats de cette étude soient beaucoup plus élevés que les 38% précédemment observés dans une étude menée avec des échantillons de tissu rectal, il convient de rappeler que l'intervalle de confiance dans l'étude récente est très large et, en fait, la limite inférieure est de 40% , une valeur plus proche de celles mentionnées ci-dessus.

La protection serait estimée à 89% après deux doses et à 98% après trois doses. En fait, dans une sous-étude sur iPrEX (l'un des essais, qui était une recherche utilisant Truvada® comme prophylaxie avant les États-Unis), ils ont conclu que la prise de quatre doses par semaine pourrait être suffisante pour obtenir une protection contre presque 100% (voir l'actualité du 21/03/2012).
En ce qui concerne l'arrêt de la PrEP après une utilisation quotidienne pendant 30 jours, la protection contre le VIH dans les relations anales serait de 97%, pendant 24 heures, 96% en 3 jours, 93% en 90 jours voire même XNUMX% par semaine sans prendre le médicament.

Cependant, on ne sait pas comment ce niveau de protection évoluerait avec le début et la fin de la PrEP en cas d'exposition au VIH par voie vaginale. Cela signifie qu'il n'y a pas suffisamment de données pour déterminer dans quelle mesure la PrEP intermittente pourrait également être une option dans le cas des relations sexuelles vaginales, car aujourd'hui, il est toujours recommandé que la stratégie, dans ce cas, soit la dose quotidienne.

Les résultats présentés suggèrent que, dans le cas des relations sexuelles anales, la PrEP (lorsqu'elle est prise de manière constante sur une période de temps) offre une protection qui s'étend jusqu'à une semaine après l'interruption, et que Truvada® doit être repris dans cet intervalle de temps; il y a une augmentation des niveaux de protection de l'emtricitabine en quelques heures. Cependant, il est nécessaire de clarifier si la PrEP est toujours efficace si elle est prise avant les rapports sexuels une fois l'intervalle écoulé, et il est également très important de savoir s'il est nécessaire de prendre les deux doses après les rapports sexuels.

Malgré ces résultats, l'Organisation mondiale de la santé recommandera probablement la dose quotidienne de PrEP comme meilleure option dans ses prochaines lignes directrices, dans l'espoir d'avoir plus de données à cet égard. Dans tous les cas, bien que cela n'affecte pas les directives, il est très important de déterminer les limites de sécurité de la prise intermittente de PrEP, car il est très probable que de nombreuses personnes ne maintiennent pas une adhérence parfaite au quotidien.

Miguel Vázquez - 23/07/2015
Traduit de l'espagnol dans l'original dans IAS 2015: La PrEP intermittente est plus susceptible d'être efficace dans les relations sexuelles anales que vaginales par Claudio Souza. Revu par Mara Macedo

source: Carte des aides/ auto élaboration (GTT-VIH)

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Parlez à Claudio Souza