Il y a une vie avec le VIH

SIDA 2016: Dolutegravir Plus Lamivudine fonctionne bien comme traitement de première intention du VIH

Peter Cahn em AIDS 2016 (Foto: Liz Highleyman)
Peter Cahn dans AIDS 2016 (Photo: Liz Highleyman)

Selon un orateur, le régime à deux médicaments du dolutégravir et de l'inhibiteur nucléosidique bien toléré de la transcriptase inverse, la lamivudine, a conduit à une suppression virale soutenue pour la plupart des personnes lors de la première intervention de thérapie antirétrovirale (TAR) dans une petite étude pilote. présentation tardive à la XXIe Conférence internationale sur le SIDA (SIDA 2016) la semaine dernière à Durban.

Alors que les personnes vivant avec le VIH subissent un traitement à vie, les chercheurs continuent de rechercher des thérapies mieux tolérées, plus faciles à prendre et plus accessibles.

Le dolutégravir de ViiV Healthcare (Tivicay, également dans le comprimé unique Triumeq) est un inhibiteur d'intégrase puissant avec une barrière élevée à la résistance. La lamivudine (3TC; Epivir) est une forme bon marché et bien tolérée de transcriptase inverse d'analogues nucléosidiques (INTI) avec des effets secondaires connus minimes des interactions médicamenteuses et des versions génériques bon marché largement disponibles.

L'étude GARDEL l précédemment montré des résultats prometteurs en utilisant une double association de lopinavir / ritonavir (Kaletra) et de lamivudine. Mais le dolutégravir est une option plus intéressante, car TI a moins de toxicités et d'interactions médicamenteuses que les inhibiteurs de protéase.

Pedro Cahn de la Fondation HUESPED a démontré les résultats rapportés à Buenos Aires à partir de l'étude PADDLE, un test «d'étude de concept» évaluant le dolutégravir plus la lamivudine pour le traitement initial du VIH.

Cette phase 4 de l'étude pilote a vingt participants non traités auparavant, des adultes ayant une faible charge virale initiale ( <100.000 4 copies / ml, même si 34 étaient en fait au-dessus de ce seuil) et mutations de résistance aux INTI inconnues Tous sauf un étaient des hommes et l'âge médian était de 24.000 ans. La charge virale médiane de base était d'environ 4 500 copies / ml et le taux de CDXNUMX était d'environ XNUMX cellules / mm3. Les personnes atteintes d'hépatite B ont été exclues (la lamivudine est également active contre le virus de l'hépatite B).

Les participants à la présente étude ouverte ont été traités avec 50 mg de dolutégravir plus 300 mg de lamivudine une fois par jour pendant 48 semaines. Pour assurer la sécurité, la charge virale a été initialement mesurée tous les quelques jours, puis toutes les deux semaines jusqu'au troisième mois. Les dix premiers participants ont été évalués 8 semaines avant le début du traitement par le prochain groupe de dix. Le traitement était interrompu si les patients n'étaient pas

É necessário levar o dolutegravir à toda África imediatamente
Il est nécessaire de prendre le dolutégravir dans toute l'Afrique immédiatement

obtenir une diminution d'au moins 1 log de la charge virale à la huitième semaine, et si la charge virale est restée supérieure à 1000 copies / ml à la semaine 12 ou supérieure à 400 copies / ml à la semaine 24, ou si la charge virale est réapparue plus tard devenir indétectable.

André Cahn a soumis un rapport d'étude préliminaire après 24 semaines au Parlement de la Conférence sur le SIDA en octobre dernier et les résultats après 48 semaines de SIDA 2016. L'étude actuelle est de 96 semaines.

Résultats

  • La charge virale a diminué rapidement après l'initiation du traitement, similaire à la baisse observée avec le schéma médicamenteux ART 3.
  • La plupart des participants avaient un ARN VIH inférieur à 50 copies / ml au cours de la troisième semaine et tous - y compris les 4 qui ont commencé avec une charge virale supérieure à 10.000 XNUMX copies / ml - l'ont fait à partir de la huitième semaine.
  • Alors que tous avaient une charge virale indétectable en 24 semaines, en 48 semaines, une personne avec le protocole a défini la ligne de définition de l'échec thérapeutique et une s'est suicidée, ce qui a entraîné un taux de réponse de 1%.
  • Le traitement était généralement sûr et bien toléré, avec peu d'effets secondaires ou d'anomalies biologiques.

Andrew Cahn a expliqué que le patient en échec thérapeutique avait interrompu l'étude, mais son médecin a maintenu le même calendrier et il a obtenu une suppression virale sans modifier le traitement. Enfin, les chercheurs l'ont convaincu d'insérer un schéma standard.

Le seul événement indésirable grave a été le suicide après un événement traumatisant de la vie d'une personne dont on a découvert par la suite qu'elle avait des antécédents de tentatives de suicide non divulgués auparavant; cela a été considéré comme non lié à l'étude des médicaments.

«Dans cette étude pilote de validation de principe, la bithérapie avec Dolutégravir plus lamivudine a permis une suppression virale rapide induite avec un profil de tolérance / tolérance favorable dans le traitement de l'infection par le VIH-1 - individus naïfs de TAR», les chercheurs ont conclu:

ViralReservoir

 "Il a été confirmé dans un essai clinique randomisé bien nourri, que ce schéma à deux médicaments peut être considéré comme une stratégie simple, puissante, bien tolérée et potentiellement peu coûteuse pour commencer le traitement de l'infection par le VIH."

Andrew Cahn a déclaré que davantage de données provenant d'essais plus importants sont nécessaires pour déterminer si la bithérapie est une stratégie sûre et efficace. Phase 3 de l'étude GEMINI (NCT02831673), qui a suivi son premier participant la semaine dernière, comparera le dolutégravir plus lamivudine par rapport au traitement standard dolutégravir plus ténofovir / emtricitabine (médicaments à Truvada).

"Nous devons attendre et voir", a averti Cahn. "Ne le faites pas chez vous tant que nous n'avons pas les résultats."

Contenu supplémentaire:

L'antirétroviral dolutégravir est incorporé dans le SUS

Le médicament entrera dans la troisième ligne de traitement de l'infection à VIH en 2016

Le dolutégravir antirétroviral a été incorporé dans le SUS suite à une décision de la Commission nationale pour l'incorporation des technologies SUS (Conitec), en tant que médicament de troisième intention dans le traitement de l'infection à VIH.

La troisième ligne de traitement est connue sous le nom de ligne de sauvetage. C'est-à-dire celui indiqué en cas d'échec des soins du patient avec les première et deuxième lignes. .. En savoir plus

Conseil en communication
Département des MST, du SIDA et des hépatites virales

Visitez également la page Facebook de DDAHV:
https://www.facebook.com/DSTAidsHV

Traduit par Cláudio Souza de l'original en AIDSMAPSIDA 2016: Dolutégravir Plus Lamivudine fonctionne bien comme traitement de première intention du VIH

Cláudio Souza - Soropositivo desde 1994
Claudio Souza

Avis de Mara Macedo

mara


Obtenez des mises à jour directement sur votre appareil gratuitement

Avez-vous quelque chose à dire? Dis-le!!! Ce blog, et le monde, c'est bien mieux avec des amis!

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accept En savoir plus

Politique de Confidentialité et Cookies