Il y a une vie avec le VIH

Comment le VIH est-il attrapé - Les risques et non le risque

La peur persiste étant donné le manque total d'attention de beaucoup et le peu d'intérêt à informer réellement. Nombreux sont ceux qui profitent de clics sur des histoires peu fiables...

Modes de transmission ou non du virus

 

 

Mis à jour le 9 mars 2021

O HIV il s'agit d'un virus qui peut être transmis d'une personne séropositive à une autre par les fluides corporels tels que le sperme, le sang, les sécrétions vaginales et le lait maternel. Le VIH est le plus souvent transmis lors de rapports sexuels non protégés, en particulier les rapports sexuels anaux et vaginaux, mais il est également transmis efficacement par aiguilles partagées. Le VIH peut également être transmis par mère en fils à travers le placenta pendant la grossesse ou l'accouchement, en raison d'une exposition au sang ou aux sécrétions vaginales, ou pendant allaitement maternel.

Certains modes de transmission sont plus efficaces que d'autres. Pour que le VIH soit transmis, le virus doit entrer en contact avec les muqueuses (telles que celles trouvées dans le rectum et le vagin), traverser les ruptures et les déchirures des tissus (comme cela peut se produire lors des rapports sexuels) ou entrer directement dans la circulation sanguine. à travers dans aiguilles partagées, Par exemple.

De plus, il doit y avoir beaucoup de virus pour envahir le corps, détruisant les défenses immunitaires de première ligne.

C'est pourquoi le VIH peut ne pas se transmettre par la salive, dont l'environnement est hostile au virus, ou lorsque le virus est complètement supprimé (indétectable) chez une personne séropositive en traitement antirétroviral.

LES RISQUES RESTENT ! Les préservatifs, les préservatifs, seront toujours l'option la plus sûre.

Et si vous pensez que c'est une exagération pour moi de parler de façon sensée, jetez un oeil à cette vidéo pendant moins d'une minute.

Révision : Qu'est-ce que le VIH ?

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est un virus qui cible préférentiellement les globules blancs, appelés cellules TCD4.

En tuant de plus en plus de ces cellules, au cours de leur cycle de vie, il sape les défenses immunitaires de l'organisme et finit par être compromis. Si une infection par le VIH non traitée progresse, les cellules de défense immunitaire subiront des dommages continus. Au fur et à mesure que cela se produit, le corps devient de moins en moins capable de lutter contre les infections. Lorsque cela se produit, nous déclarons la personne en Syndrome d'immunodéficience acquise ou SIDA.

Il y a quatre conditions qui doivent être remplies pour qu'une infection par le VIH se produise :

  1. Il doit y avoir des fluides corporels dans lesquels le virus peut se développer.. Le VIH ne se développe pas à l'extérieur ou dans des parties du corps riches en acide, comme l'estomac ou la vessie.
  2. Il doit y avoir une voie de transmission par laquelle le virus pénètre dans le corps.. Les principales voies de transmission sont les rapports sexuels, le partage de seringues et les infections mère-enfant.
  3. Il doit y avoir des cellules immunitaires présentes près du site d'entrée. Cela permet au virus de se propager une fois qu'il pénètre dans le corps.
  4. Il doit y avoir une quantité suffisante de virus dans les fluides corporels.. Ces valeurs, mesurées par le la charge virale, peut être riche en fluides corporels tels que le sang et le sperme et faible ou inexistante en larmes et en salive.2

Sexe anal

sexe anal il s'agit du principal mode de transmission du VIH, survenant à un taux 18 fois supérieur à celui des relations sexuelles vaginales.

Note du traducteur. J'ai traduit un texte de ce même site qui déclare que le sexe vaginal est le plus grand moyen de contagion. Cela m'embrouille, mais…

Il y a plusieurs raisons à cela, notamment que les tissus rectaux sont plus fragiles et vulnérables à la rupture que les tissus vaginaux.

Les petites microfissures qui se produisent généralement pendant les rapports anaux permettent simplement à de plus grandes quantités de virus de pénétrer dans le corps. Ils exposent également le sang potentiellement infecté du partenaire récepteur au partenaire insertif, transmettant ainsi au partenaire insertif. De plus, de nombreuses personnes qui ont des relations sexuelles anales prendre une douche avant les rapports sexuels, en éliminant la couche de mucus qui pourrait empêcher la transmission du VIH.

Ces vulnérabilités aident à expliquer pourquoi les taux d'infection aux États-Unis sont plus élevés chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH).

Mais le risque ne se limite pas aux hommes Gay Boys et bisexuels ; entre 16 % et 33 % des couples hétérosexuels ont également des relations sexuelles anales, souvent aucun agent de conservation.

Des études suggèrent que le risque de VIH chez un partenaire anal réceptif est presque le double de celui d'un partenaire insertif (40,4 % contre 21,7 % respectivement).3

Le risque est encore plus grand si le partenaire insertif est incirconcis en raison de microbes sous le prépuce, augmentant la propagation (expulsion) du virus dans les liquides séminal.

Comment l'excrétion génitale augmente le risque de VIH

Sexe vaginal

sexe vaginal c'est le deuxième mode de transmission du VIH le plus courant aux États-Unis.

Dans de nombreuses régions du monde en développement, le sexe vaginal est le principal mode de transmission, les femmes étant touchées de manière disproportionnée par rapport aux hommes.6

les femmes sont plus vulnérables pour plusieurs raisons :

  • La zone d'exposition dans le vagin est plus grande que celle du pénis.
  • Le vagin et le col de l'utérus sont vulnérables aux infections courantes telles que vaginose bactérienne e candidose (infection fongique), qui compromettent des tissus déjà délicats.
  • Lors de rapports sexuels non protégés, l'éjaculation peut souvent rester dans le vagin pendant une période prolongée.
  • La douche vaginale avant le rapport sexuel peut éliminer le mucus protecteur.

Selon une revue de Rapports 2018 sur le VIH/SIDA, les femmes sont deux fois plus susceptibles de contracter le VIH d'un partenaire masculin lors d'un rapport vaginal que l'inverse.

Cela ne veut pas dire que le partenaire masculin n'est pas à risque, en particulier les hommes non circoncis. L'environnement riche en bactéries sous le prépuce aide à faciliter l'infection en augmentant le nombre de globules blancs appelés cellules. de Langherans, qui résident dans la peau elle-même. Ces cellules peuvent par inadvertance « capturer » le VIH et l'attirer dans le corps.8

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) telles que la chlamydia, la gonorrhée et la syphilis peuvent augmenter le risque chez les hommes et les femmes, augmentant l'excrétion virale chez les personnes vivant avec le VIH ou compromettant les tissus génitaux chez les personnes sans VIH.

Comment les MST augmentent le risque de VIH

Sexe oral

sexe oral est un moyen inefficace de transmettre le VIH, qu'il s'agisse de relations sexuelles orales-péniennes (« fellation »), orales-vaginales (cunnilingus) ou orales-anales (« anulingus »).

Le consensus scientifique actuel est que la transmission du VIH parmi ceux qui se livrent exclusivement à des relations sexuelles orales est peu probable.

Le risque n'est peut-être pas nul, mais la plupart conviennent qu'il en est proche.

Une étude de 2014 dans le magazine SIDA suggère que le risque d'infection par le sexe oral entre un partenaire receveur séronégatif et des partenaires insertionifs séropositifs oscille entre 0 % et 0,4 % à 0,10 %.

Cela ne veut pas dire que les gens peuvent avoir des relations sexuelles orales sans risque. Les coupures, les écorchures et les plaies sur les organes génitaux ou la bouche peuvent potentiellement augmenter le risque d'infection, tout comme les MST ou menstruation (aLes deux favorisent l'élimination du VIH).

Outre le VIH, d'autres MST peuvent également être transmises par voie orale, notamment la chlamydia, la gonorrhée, herpès, virus du papillome humain (VPH) et la syphilis. Le fait de contracter une MST de manière indépendante augmente le risque de contracter le VIH.11

Consommation de drogues injectables

Le partage de seringues est un moyen extrêmement efficace de transmettre le VIH, car il inocule le virus directement du sang d'une personne infectée à une autre.

La consommation de drogues injectables est désormais le troisième mode de transmission le plus courant aux États-Unis et le principal mode de transmission en Russie et en Asie centrale, où le flux de drogues reste illégal.12

Aux États-Unis, la crise croissante des opioïdes a entraîné une augmentation des infections à VIH. L'une des épidémies de VIH les plus médiatisées s'est produite en 2015, lorsque 79 infections ont été signalées dans la ville d'Austin, dans l'Indiana (population de 4.295 XNUMX), toutes attribuées à l'utilisation partagée d'aiguilles parmi des groupes d'utilisateurs de drogues récréatives.  oxymorphone.13

même entre utilisateurs de stéroïdes anabolisants, il y a une augmentation du nombre de personnes partageant des seringues, avec près d'une personne sur 10 qui contracte le VIH selon une étude de 2013 en British Journal of Medicine.14

Transfusions sanguines et greffes

Nous premiers jours de l'épidémie de VIH entre les années 1980 et le début des années 1990, de nombreuses personnes étaient infectées par le VIH en raison de transfusions de sang contaminé. Avant 1992, il n'y avait pas d'outils de dépistage disponibles pour s'assurer que l'approvisionnement en sang américain, y compris les facteurs de coagulation et le plasma, était exempt de virus.

Ce risque a considérablement diminué au cours des dernières décennies en raison des progrès des technologies de détection et du dépistage universel des dons de sang et de tissus aux États-Unis et dans d'autres pays. Cela comprend non seulement le dépistage du VIH, mais d'autres infections transmises par le sang telles que Hépatite B e hépatiteC.

Aujourd'hui, le risque de contracter le VIH lors d'une transfusion sanguine aux États-Unis est de un sur 1,5 million. De 2002 à 2008, un seul cas documenté de transmission du VIH par transfusion a été signalé par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC).15

Le risque peut varier considérablement en dehors des États-Unis. En Égypte, par exemple, une infection à VIH sur quatre est le résultat d'une transfusion.16 En revanche, en Afrique du Sud, le pays où l'incidence du VIH est la plus élevée au monde, le risque de transmission est plus proche de une transfusion sur 76.000 XNUMX. 17

Grossesse

Comme pour les transfusions sanguines, le risque d'infection par le VIH de la mère à l'enfant était élevé dans les premières années de la pandémie mondiale. Aujourd'hui, le risque a considérablement diminué, même dans les régions les plus touchées d'Afrique, en raison du dépistage systématique du VIH chez les femmes enceintes et de l'utilisation de médicaments antirétroviraux pour prévenir la transmission mère-enfant.

Lorsque la transmission du VIH se produit, elle se produit généralement pendant l'accouchement avec rupture des membranes, ce qui expose le bébé au sang et aux sécrétions vaginales contaminés par le VIH. Avant ça, Le VIH ne traverse généralement pas le placenta de la mère à l'enfant, sauf en cas de décollement placentaire, de rupture prématurée des membranes ou d'un problème similaire.

Même ainsi, l'utilisation de médicaments antirétroviraux chez les femmes enceintes peut réduire le risque de transmission verticale jusqu'à 95 % en supprimant le virus à des niveaux indétectables0,18

Le VIH peut également être transmis par le lait maternel, et aux États-Unis, il est systématiquement conseillé aux personnes vivant avec le VIH d'éviter d'allaiter, qu'elles suivent un traitement anti-VIH ou qu'elles aient une charge virale indétectable. (Les mêmes recommandations n'ont pas été étendues au monde en développement, où les avantages de la nutrition infantile sont considérés comme supérieurs aux risques.) 19

Si le VIH n'est pas traité, le risque de transmission mère-enfant pendant le travail et l'accouchement se situe entre 15 et 30 % et entre 15 et 20 % pendant l'allaitement.20

Chaque année, il n'y a qu'environ 150 cas de transmissions verticales aux États-Unis, le plus souvent causés lorsqu'une personne se présente à l'hôpital en fin de grossesse ou en ne suivant pas le traitement anti-VIH.21

Autres causes possibles

Il existe d'autres causes moins courantes de transmission du VIH et plusieurs pour lesquelles le risque de contracter le VIH est improbable mais possible. Cela comprend l'exposition professionnelle, les procédures dentaires, les piercings et tatouages, et les jouets sexuels partagés.

exposition professionnelle

La transmission du VIH par piqûre d'aiguille ou d'autres expositions professionnelles peut mettre les professionnels de la santé en danger. Cela dit, le risque d'infection par piqûre d'aiguille est plus faible. à un sur 1.000 XNUMX, tandis que le contact avec des fluides corporels infectés par le VIH sur une peau intacte est encore moindre.

Jusqu'à présent, seuls 58 cas de transmission professionnelle du VIH ont été confirmés. On pense que d'autres ont été évités avec un traitement antirétroviral de 28 jours appelé prophylaxie post-exposition au VIH (PEP).22

01- Les symptômes du VIH signifient-ils que j'ai le VIH?

procédures dentaires

Au début de la crise du sida, les gros titres ont fait les gros titres lorsqu'une femme de Pennsylvanie nommée Kimberly Bergalis a affirmé avoir contracté le VIH lors d'une intervention dentaire. Les allégations ont été considérées comme douteuses car Bergalis n'a pas signalé d'infections sexuellement transmissibles antérieures.

Depuis lors, il y a eu de nombreuses plaintes mais aucun cas documenté de transmission du VIH chez les patients dentaires. Sur les huit cas signalés chez les dentistes, aucun n'a été confirmé comme ayant été transféré au cours d'une procédure dentaire23.

Piercings corporels et tatouages

Bien que théoriquement réalisable, le risque de contracter le VIH lié aux piercings et aux tatouages ​​est faible en raison des licences et de la réglementation stricte des professionnels de l'industrie. Pour sa part, le CDC insiste sur le fait que le risque de transmission du VIH est faible à négligeable.2

Parmi les professionnels non agréés qui n'adhèrent pas aux pratiques de stérilisation et d'hygiène de l'industrie, le risque est potentiellement plus grand, bien que l'on ne sache pas dans quelle mesure.

jouets sexuels partagés 

Les jouets sexuels sont généralement considérés comme une forme de sexe sans risque. Cela dit, les jouets insérés partagés en tant que godes sont considérés comme potentiellement dangereux en raison de l'exposition au sang et à d'autres fluides corporels.

Jusqu'à présent, le risque de VIH dans les jouets partagés reste incertain, car les jouets sont rarement la seule forme de sexe qu'un couple peut avoir. de même pour fisting et d'autres pratiques sexuelles qui rompent ou traumatisent les tissus rectaux ou vaginaux. Ces activités pourraient théoriquement augmenter le risque d'infection, mais les études doivent encore le confirmer.24M

PrEP et couples sérodiscordants

Modes de transmission du VIH

Vous ne pouvez pas contracter le VIH en vous serrant dans vos bras, en vous embrassant, en vous serrant la main, en partageant des ustensiles, en buvant aux fontaines, en piqûres de moustiques, en sièges de toilettes ou en attouchements sexuels sans contact entre fluides corporels.

En ce qui concerne la manucure, la pédicure, ou encore le podologisno, le risque est encore plus faible que celui des accidents avec des objets perçants-coupants utilisés par les professionnels de santé, descendant, certes, au niveau de l'improbable voire de l'impossible. Comme je l'ai dit à un lecteur, le risque est si faible que la contagion qui pourrait se produire de cette manière serait plus dans les desseins de Dieu que dans les domaines de la science, et quand Dieu demande quelque chose, il ne lui reste plus qu'à l'accepter.

Ou avalez-le sec, sans l'accepter, vraiment fort. Dans ce cas, veuillez comprendre.

Il y a une vie séropositive et séropositive, n'est-ce pas signe de différent ?

 

Facteurs qui augmentent le risque de transmission

Il existe un certain nombre de facteurs qui peuvent augmenter considérablement le risque de transmission du VIH, quelle que soit la voie d'exposition :

  • le sexe sans protection : en termes simples, l'utilisation du préservatif réduit le risque de transmission du VIH de 95 % (Je garde le texte, cependant, ce nombre peut être de 100%, puisque pendant des décennies, c'était ce qui pouvait empêcher une calamité encore plus grande).26 Ne pas utiliser de préservatif élimine cet avantage protecteur.
  • charge virale élevée: Chaque multiplication par dix de la charge virale – disons de 1.000 10.000 à 100.000 27 à XNUMX XNUMX – augmente de deux à trois fois le risque de contracter le VIH.XNUMX La prise d'un traitement antirétroviral réduit ce risque.
  • Partenaires multiples: Avoir plusieurs partenaires sexuels augmente votre risque d'exposition au VIH. Même si vous pensez qu'un partenaire est « sûr », sérotriage (intraduisible) (choisir un partenaire en fonction de son statut VIH présumé) est associé à un triple risque de contracter une MST.28
  • Abus de substance: en plus du risque de VIH lié au partage de seringues, les drogues illicites telles que méthamphétamine e L'héroïne cela peut altérer le jugement et augmenter la prise de risque. Même les drogues non injectables et l'alcool peuvent entraîner une désinhibition sexuelle et une prise de risque29.
  • Maladies sexuellement transmissibles: Les MST augmentent le risque de contracter et de transmettre le VIH. Avec les MST ulcéreuses telles que la syphilis, le risque de VIH peut augmenter jusqu'à 140 fois dans les populations HSH à haut risque.30 
  • Infections génitales : Infections génitales non acquis sexuellement présentent des risques similaires de transmission. Même les plus simples comme l'urétrite sont associées à une multiplication par huit du risque de VIH.31
  • douche: Certaines études ont montré que la douche rectale dans les populations HSH à haut risque fait plus que doubler le risque de VIH de 18 % à 44 % .32 Le risque La présence du VIH à partir d'une douche vaginale est moins évidente, mais on sait qu'elle augmente la risque de vaginite bactérienne.33
  • Être une travailleuse du sexe : combien plus de personnes si vous avez des relations sexuelles, plus la possibilité de transmission sexuelle est grande.
  • lieu de résidence: vivre dans des populations urbaines denses où les taux de prévalence du VIH sont élevés et vous exposent à un plus grand risque par rapport aux zones rurales. Cela est particulièrement vrai dans les quartiers ethniques les plus pauvres où il n'y a pas d'accès aux services de traitement et de prévention.34

Un peu plus d'informations :

Risque de contracter le VIH! Quels sont vos risques dans ces scénarios?

pointer pour méditer

Comprendre les risques du VIH peut vous aider à élaborer des stratégies individuelles pour aider à prévenir ou à empêcher la propagation du VIH. Cela peut impliquer une utilisation constante du préservatif et une réduction du nombre de partenaires sexuels ou l'utilisation de programmes d'échange de seringues et d'autres stratégies de réduction des méfaits si vous vous injectez des drogues.

Si vous avez le VIH, la meilleure façon de prévenir la transmission est de loin l'utilisation du préservatif associée au maintien soutenu d'une charge virale indétectable avec un traitement antirétroviral. Des études ont prouvé que cela réduit le risque de transmission du VIH à zéro.1

Si vous n'avez pas le VIH, vous pouvez vous protéger en prenant une fois par jour une prophylaxie pré-exposition contre le VIH (PrEP.), un comprimé antirétroviral qui peut réduire le risque d'infection jusqu'à 90 % s'il est pris tel que prescrit.35

Encore une référence sur mange si tu attrapes et tu n'attrapes pas le VIH

Traduit par Cláudio Souza de l'original en Comment le VIH se transmet-il ? Écrit par James Myhre & Dennis Sifris, MD révisé cliniquement e revu par Anju Goel, MD, MPH

Apprenez à dessiner vos propres personnages ou vos personnages préférés, même si vous n'avez jamais dessiné auparavant. 42 Leçons qui vous montreront que le dessin n'est PAS un « cadeau » mais une compétence que nous pouvons vous aider à développer.


Obtenez des mises à jour directement sur votre appareil gratuitement

Avez-vous quelque chose à dire? Dis-le!!! Ce blog, et le monde, c'est bien mieux avec des amis!

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accept En savoir plus

Politique de Confidentialité et Cookies