Il y a une vie avec le VIH

voir! Il y a une vie avec le VIH

Premier éditorial de soropositivo.org

C'est le premier éditorial de Soropositivo.org, que Beatriz Pacheco a republié, dans son profil personnel, environ 15 ans après sa publication car, selon ses propos, et je suis tout à fait d'accord, tout continue comme à l'époque!

XNUMXer décembre: une journée de lutte

En l'an deux mille, en août, j'ai créé ce site, Soropositivo.Org et, pour donner l'impression qu'il y avait «une équipe qui travaillait» j'ai terminé le

Malgré plus de 20 ans d'infection par le VIH, je ne suis pas sans.

salutation avec «toute l'équipe de seropositivo.org».

Le fait est qu'il n'y avait pas, à l'époque, et il n'y avait pas, jusqu'à aujourd'hui, une "équipe".

Voici un partenariat: Dieu et moi ... Et parfois, moi et Dieu ...

Mais c'était mon premier éditorial, car XNUMXer décembre 2000 et je pense que l'année 2020 peut venir sans un an avec la reprise de «certaines luttes». Un pas en avant, deux en arrière, car, bien sûr, le silence sera comme la mort!

Je suis resté silencieux, mais c’est un silence inquiet, et bien que j’ai une autre publication pour aujourd'hui,

Premier décembre 2019, il faut remettre certains faits devant tout le monde, car il faut réveiller encore plus de monde.

Il y a quelques années, l'une des personnes les plus respectées dans la lutte contre l'épidémie de VIH / SIDA, Beatriz Pacheco, publiait sur Facebook, affirmant alors que le texte, d'août 2000, était toujours d'actualité!

J'ai peur de dire que le temps a avancé chronologiquement, mais il est devenu encore plus "similaire" à ce que ce texte montrait et montre.

La volonté de PECar

À tel point que j'ai décidé d'en rééditer un autre, un brillant juriste, Sandro Sardá. Cela viendra dans quelques heures.

Je maintiens dans mon blog qu'il y a une vie avec le VIH. Et il y en a vraiment.

Cependant, il est bon que nous commencions à penser au maintien du statu quo des droits constitutionnels déjà garantis, à un moment où la volonté de "Péché.

Et j'ai appris que c'est une journée de luttes avec une personne pour qui j'ai rendu quelques services et, selon ses mots, choisi de ne pas accepter mon amitié.

Ouais, il semble l'avoir trouvée inefficace (c'est peut-être un Borg, je ne sais pas). Peut-être que je suis désagréable. Je ne sais pas. Peut-être que la relation avec moi n'est pas très enrichissante, qu'importe…?

Chacun connaît la douleur et le plaisir d'être ce qu'il est.

Je ne frappe pas deux fois à la porte de quelqu'un, avec cette intention, une deuxième fois. Et je n'aime pas vraiment l'idée de reconsidérer les décisions des autres qui m'ont fait ressentir de la douleur. Douleur morale, pour moi, juste celle de la neuropathie périphérique, qui, en plus d'être chronique, me paraît irrémédiable.

Les autres douleurs…

Ce qui a été réalisé peut être sapé, par exemple, dans un «stylo» ou deux, et je ne sais pas qui d’entre nous devra recommencer ce combat. Il y a des années, j'ai rompu une * amitié * avec une personne qui s'est présentée, évidemment contre le traitement des personnes séropositives, dans une «conversation» dont le contenu était plus ou moins celui-ci:

- «…»

- "Brésil est le seul pays qui sponsorise" .

- «Sur la base de ce discours, pour vous, Mara et moi, morts, cela ne fait pas une différence»!?

- "Nous n'allons pas frapper de plein fouet"

- «Nous avons déjà frappé»….

Ensuite, je l'ai bloqué, sur MSN Messenger. Malheureusement, il n'est qu'un simple échantillon d'un "pensée collective»(…) Et, je peux parier, il est toujours en vie!

Voici le texte, Ipsis Literis

Bienvenue


Dia XNUMXer décembre 2000 célèbre la Journée mondiale du sida.
Les chaînes de télévision ne parleront de rien d'autre; idem stations de radio et journaux. Après, le sujet tombe, encore une fois, dans l'oubli.
Ce jour-là, nous avons chanté de nombreuses victoires. Même avec la participation active des communautés et des organisations non gouvernementales, nous avons vu de nombreuses victoires:
Il y a plus de remèdes; les examens sont plus précis; la recherche sur les vaccins a parcouru un long chemin.
Les personnes vivant avec le VIH vivent plus longtemps et ont une meilleure qualité de vie ...

Le XNUMXer décembre c'est plus que ça

C'est moi, 24 ans après avoir reçu le diagnostic et la prophétie de six mois de vie!

Je suis obligé de ne pas être d'accord avec la meilleure qualité de vie.
La qualité de vie ne consiste pas seulement à être en bonne santé, au détriment des médicaments.
La qualité de vie, c'est se réveiller le matin et faire face à un bus, un métro ou un train et arriver au travail, exécuter une fonction, sortir déjeuner avec des amis et revenir pour encore cinq heures de lutte et, avec cela, planifier l'avenir.

La qualité de vie est quelque chose de plus


La qualité de vie, ce n'est pas d'avoir à cacher la maladie par peur d'être victime de discrimination, ce n'est pas d'avoir à se cacher en tant que criminel simplement parce que vous avez un virus.
La qualité de vie, c'est pouvoir rêver d'un avenir meilleur, avec une maison à soi, avec le mariage, la vie de famille.
Et la base de tout cela est le droit au travail, combiné avec le droit à la santé et à l'égalité.
Notre vie ne peut rester limitée aux boîtes de médicaments et aux tests de laboratoire.
Notre vie ne peut pas être vécue en orbite autour d'une maladie ou d'un état séropositif.
Le profil du porteur du VIH a changé; et changé pour le mieux.
Nous ne mourons plus aussi souvent. Nous ne sommes pas hospitalisés si souvent, nous ne développons plus la maladie et, en fait, nous sommes forts et en bonne santé, capables de travailler et de vivre en société.

Le XNUMXer décembre est une journée de facturation des droits


Il y a eu une erreur au début de l'épidémie:
Il a été attribué à un groupe spécifique de personnes, dont la société de comportement a l'habitude d'échouer sans le savoir. 


Des expressions comme la peste gay, le cancer gay, des groupes à risque ont été créées. Tout va bien, menteurs, discriminant. Tout stigmatisant. Et personne n'annule cette erreur. Tout le monde agit comme si de rien n'était.

 Le VIH ne fait pas de discrimination

Nous devons continuer nos recherches! Tôt ou tard, même dans 300 ans, la solution apparaîtra

Le SIDA n'est pas privilège de quelques. Le VIH est pas très sélectif lorsqu'il s'agit de «choisir» votre hôte.
Blancs, noirs, indiens, hétérosexuels, femmes, enfants, homosexuels, bisexuels, n'importe qui.
N'importe qui peut contracter le VIH et, s'il n'est pas traité, développer le SIDA.
Mais la grande majorité, quand ils le découvrent, entrent en traitement, récupèrent leur santé! 

Et est capable de conduire "une vie normale », comme n'importe qui.
Mais cela nous est refusé. Si un employeur découvre qu'il a un porteur du VIH votre équipe, le renvoyer, sous n'importe quel prétexte, pour se débarrasser de problèmes futurs, qui ne sont que théoriques.

XNUMXer décembre Presque un jour pour «régler les comptes»

Regarde ça. Je vois beaucoup de peur. Beaucoup de folie, beaucoup de douleur, beaucoup de souffrance et, vraiment, vous le croyez ou non, quand quelqu'un vient à moi et que je vois la douleur et la souffrance, je pense beaucoup à ce qui pourrait causer cette peur authentique et je ne sais même pas pourquoi! Ne panique pas! Il y a une vie avec le VIH

En effet, l'employeur ne veut pas courir le risque d'affronter seul tout le fardeau de la maladie éventuelle:
Hospitalisations, licences, absences pour contrôle, etc.
Tout cela fait le porteur du VIH être considéré comme un employé, un travailleur peu attrayant.
Cela doit être changé, générant des incitations fiscales pour les personnes séropositives.


Sans emploi, nous sommes un fardeau social. Nous dépendons de l'aide publique, presque toujours précaire, de nos familles, presque toujours de faibles revenus, et nos vies perdent en qualité et en attentes.
Employés, nous prenons mieux soin de notre santé, consommons plus, payons des impôts et vivons heureux, productifs et indépendants.


Le XNUMXer décembre est pour ceci: la relation employeur / employé séropositif / gouvernement doit changer.

Le pire symptôme est le préjudice


Il est inutile de créer un certain nombre de lois qui interdisent à l'employeur de licencier la personne séropositive; il existe des lois et des lois qui interdisent un certain nombre de choses et elles continuent de se produire, même si elles sont interdites. Ou une loi interdisant le trafic de drogue a-t-elle mis fin au trafic?
Au contraire, au lieu de simplement «protéger» le porteur du VIH, à travers des dispositifs juridiques, louables bien sûr, qui punissent l'entreprise et / ou la personne qui commet le délit de discrimination, il faut inciter l'employeur à maintenir, par des avantages fiscaux, comme je l'ai dit, et en créant une banque d'heures O Séropositif et apte à travailler dans son poste habituel.

N'est-ce pas vouloir faire ressembler quelqu'un à ça… si triste?

Les foires artisanales, j'insiste, ne résolvent rien. Tout le monde n'a pas la compétence manuelle pour cela ou n'est pas intéressé par un tel métier. Et chacun a le droit d'exercer sa profession, qu'il a appris à développer selon ses propres mérites et efforts, souvent au jour le jour. LA l'état sérologique n'annule pas ces mérites. La manière dont l'individu a «attrapé» le virus ne doit pas non plus être prise en compte, car elle ne change pas la qualité du professionnel en question pour le meilleur ou pour le pire. La condition d'être un être humain, digne de respect, non de pitié, doit toujours rester au-dessus de tout.


Pendant ce temps, la société précision être sensibilisé, par les médias, à la sécurité de vivre avec des patients VIH.


La presse en général le doit à la population, dans ses informer et clarifier.
Les campagnes de clarification doivent être conçues par ceux qui comprennent le sujet, ceux qui vivent le sujet et ceux qui connaissent le sujet en profondeur.


A la vision sociale du sida est fausse. Nous ne mourons PAS comme des mouches. Et nous ne transmettons pas la maladie par voie aérienne, par poignée de main ou contact social.
Les rapports sexuels doivent être protégés; mais ce n'est pas pour éviter «juste le sida» (comme si le reste n'avait pas d'importance), il s'agit d'éviter la syphilis, la gonorrhée, l'hépatite, le condylome acuminé et une myriade de MST.

Comme ou plus dangereux que l'infection à VIH. De plus, il empêche les grossesses non désirées ou, pire, les grossesses chez les adolescentes.

La première victime d'une grossesse non désirée est la fille qui devient mère.

La mère adolescente ne retourne presque jamais à l'école et c'est le grand début de la violence structurelle qui se développe contre les femmes. Toi, mère, tu dois parler à ta fille.

LE DIALOGUE EST IMPRESSIONNANT Le texte continue après la vidéo


Cette vision sociale du SIDA doit être redressée, corrigée. Et seuls les médias de masse, en partenariat avec les organisations non gouvernementales et le gouvernement, sont en mesure de réparer ces dommages causés par eux-mêmes et par la communauté scientifique, à une époque où le problème était très peu éclairé.

Considérez-vous que la population est correctement informée? Cliquez ici.

Pensez-vous que j'exagère? Ce préjugé n'est pas si grave? Cliquez ici (c'est de vieilles nouvelles) et puis, Cliquez ici

Tout le monde prend un risque. Il y a plus de 2000 commentaires sur la page fenêtre immunitaire

Sans compter ceux qui finissent par n'accepter résultat non réactif

Pensez-vous que personne ne prend plus de risques? Cliquez ici  (anciennes nouvelles) 

Vous sentez-vous en sécurité parce que vous vivez une «relation stable»? Cliquez ici (ce sont de vieilles nouvelles) vous arriverez à la conclusion que vous n'êtes pas si sûr.

 

Presque 30 ans plus tard et je n'ai toujours pas réussi à effacer cette nuit-là. Je n'ai pas mis fin à ma carrière de DJ! ET…. Disons que ce fut une carrière fulgurante, compte tenu uniquement et donc uniquement du temps où «on retourne la vaisselle et, avec elle,« le gang », a duré un peu plus de treize ans! Cela vous semble familier? Ouais!!!

Ensuite, regardez dans la section des témoignages personnels les histoires de femmes qui ont contracté le virus de leur mari et qui ouvrent leur cœur ici, dans l'espoir que cela ne se reproduira plus ...

Os Paladins de Dieu sont lâches
Le sida est le problème de tous, aucune distinction possible de sexe ou de «mode de vie». Mais ce n'est plus la peine de mort ou la «vengeance de Dieu» (...).

Et il est possible de changer ces choses avec conscience et clarification, information, bonne volonté et empathie.

De tous les symptômes du sida, le pire d’entre eux reste, après trente et «tant» années, pendant lesquelles la plupart ont accès à la télévision et à Internet, les préjugés.

Cela doit changer, et changer pour le mieux.
Claudio, et tout équipe séropositive page d'accueil.

Quelque chose que j'essaye de me refleter….

Note de l'éditeur: cliquez sur ici, pour voir le texte sur votre environnement d'origine

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Parlez à Claudio Souza