Il y a une vie avec le VIH

voir! Il y a une vie avec le VIH

Risque de contracter le VIH! Quels sont vos risques dans ces scénarios?

Quels sont les risques réels de contracter le VIH dans certains contextes. Les gens presque à l'infini, dans le cadre d'une fenêtre immunologique, leurs risques réels d'avoir ou de ne pas avoir «attrapé» le VIH deviennent presque fous! Souvent pour rien, k sans aucune base! Les chances de contracter le VIH! Contre toute attente: lesquels sont les vôtres? dans ces scénarios?

Jouer au jeu des chiffres du VIH, c'est moins! Et, bien que les idées et messages sous-jacents de cet article restent pertinents, de nombreuses recherches sur la prévention du VIH ont été publiées depuis 2

Les chances de contracter le VIH? Suis-je susceptible de contracter le VIH comme ça?

Je ne pourrais pas dire. Mais il y a des facteurs!

Malgré tout, la prudence est toujours de mise! Après tout, dans le scénario que nous analysons, il y a au moins deux personnes, dont l'une est un peu plus excitée que l'autre à l'heure H.

Et… oui, vous êtes en danger! Rien de mal à ça (!!!), après tout, je, Claudio Souza, c'était comme ça et je suis ici, en train de travailler sur un blog sur le VIH et le SIDA, non?

Rien de plus stupide à suivre que le raisonnement des relations sexuelles! Le fait est que j'y ai juste pensé et cela m'a époustouflé par la suite.

ET…. Puis et puis ... j'ai fini par attraper le VIH de cette façon ...

…Contratles chances ...

… C'est comme ça que je croyais que ça pouvait être!

Jouer au jeu des chiffres sur le VIH est moins - et plus - risqué que vous ne le pensez. Pour les dernières mises à jour connexes.

Pouvez-vous attraper le VIH par le sexe oral? C'est probablement l'une des questions les plus fréquemment posées par les médecins spécialistes du sida et les prestataires de services.

Les Américains veulent vraiment connaître le risque de VIH pendant la fellation - encore plus que pendant le sexe anal. Bien sûr, vous pouvez rechercher sur Google, mais les résultats peuvent vous dérouter et vous effrayer encore plus.

La brochure CDC et vos risques de contracter le VIH

Un livret des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) décrit la probabilité de transmission par voie orale comme «faible».

Mais qu'est-ce que ça veut dire? Le site Web AIDS.gov le met de cette façon:

"Vous pouvez contracter le VIH en ayant des relations sexuelles orales avec votre partenaire.

J'ai une histoire à raconter. Et je vais le dire. Mais pas aujourd'hui (01/08/2020)

Même si le risque n'est pas aussi grand qu'avec des relations sexuelles anales ou vaginales non protégées ».

En ce qui concerne la chute sur une femme, le site explique: "Le VIH a été trouvé dans les sécrétions vaginales, il y a donc un risque de contracter le VIH à cause de cette activité".

Cela vous rassure-t-il? Difficile. C'est pourquoi nous sommes nombreux à rechercher des pourcentages et des proportions en matière de risque. 

Et les chiffres semblent moins abstraits, plus précis. Mais ils nous permettent de mieux comprendre le risque de VIH et la santé sexuelle?

Réfléchissons un peu

Et faisons le calcul:

Les probabilités de transmission du VIH par exposition au virus sont généralement exprimées en pourcentages ou en probabilités. 

Par exemple, le risque moyen de contracter le VIH en partageant une fois une seringue avec un utilisateur de drogue séropositif est 0,67 % (pas si, illustres, lecteurs les plus illustres et les plus illustres, il faut se droguer!), qui peut également être déclaré comme 1 sur 149 ou, en utilisant les proportions préférées par le CDC, 67 expositions sur 10.000

Le risque de contracter le VIH en un ***** et chez un homme séropositif qui ne suit pas de traitement, il est au maximum de 1 sur 2.500 (soit 0,04% par acte). 

Mais alors, avec la chose faite, vient la peur! La fenêtre immunologique est le portail de la souffrance pour d'innombrables

Le risque de contracter le VIH pendant la pénétration vaginale pour une femme aux États-Unis est de 1 pour 1.250 0,08 expositions (ou 1%); pour l'homme dans ce scénario, il est de 2.500 pour 0,04 XNUMX expositions (XNUMX%, la même chose qu'une fellation).

Quant aux relations sexuelles anales, l'acte sexuel le plus risqué en termes de transmission du VIH, si le partenaire actif et séronégatif - le partenaire d'insertion - et un fonds séropositif ont des relations sexuelles non protégées, les meilleures chances de contracter le virus d'une seule rencontre est de 1 sur 909 (ou 0,11 pour cent) s'il est circoncis et de 1 sur 161 (ou 0,62 pour cent) s'il n'est pas circoncis. 

Puce avec papier et représentativité en pourcentage

Et si une personne séronégative s'implique avec une personne qui a un comportement à risque en tant que métrique vivante, ou qui n'aime pas sucer des bonbons avec du papier (me voilà, l'idiot en action), et éjacule à l'intérieur, les chances de transmission du VIH sont, en moyenne, inférieures à 2%. 

Plus précisément, il est de 1,43%, soit 1 sur 70. Si le sujet part avant l'éjaculation (sevrage), les chances sont de 1 sur 154.

Et qu'est-ce que cela pourrait et pourrait représenter? 

Dieu merci, le VIH n'est vraiment pas très inefficace pour transmettre en raison de son mode de transmission opérandes, surtout à la lumière des statistiques alarmantes qui nous bombardent

Bien que la planète Terre ait plus de trente millions de personnes vivant avec le VIH, et aucun d'entre eux n'est un problème budgétaire, à l'exception de la vision étroite et hideuse des deux… si le taux de nouvelles infections reste stable, Il y avait un Augmentation de 12% entre 2008 et 2010 chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) - dont un bond de 22% chez les jeunes HSH entre 13 et 24 ans.

Un rapport du Black AIDS Institute indique que les hommes afro-américains qui préfèrent faire l'amour avec des personnes du même sexe ont environ vingt-cinq pour cent 25% de chances, une chance sur quatre, de contracter le VIH à ce moment précis de leur temps. entre 25 et 60% de chance à 40 ans, un peu plus d'une relation sur deux

Entre temps…

Oui, cependant, d'autres chercheurs ont prédit que la moitié de tous les hommes homosexuels aux États-Unis, âgés de 22 ans aujourd'hui, sera Séropositif à Année 50.

Pas au courant de Safe Sex

Alors, comment passer de 1 chance sur 70 que le VIH soit transmis lors de l'acte sexuel le plus risqué à 1 chance sur 2 que les jeunes hommes gais aux États-Unis contractent le VIH avant l'âge de 50 ans? 

Et avant de penser: non, la réponse n'est pas que toute personne séropositive est une personne formidable / formidable vagabonde / ordinaire qui n'a jamais entendu parler de rapports sexuels protégés. N'EST-CE PAS!

NOUS nous avons donné des miroirs! [Penci_blockquote style = ”style-3 ″ align =” right ”author =” Renato Russo ”font_style =” italic ”uppercase =” true ”text_size =” 35 ″] Et ils nous ont donné des miroirs! [/ Penci_blockquote ]

Pour commencer, vous devez comprendre que ces probabilités de transmission du VIH par exposition unique sont moyennes! Ce sont des chiffres généraux qui ne reflètent pas les nombreux facteurs qui peuvent augmenter OU diminuer le risque.

L'un de ces facteurs est l'infection aiguë, la période de six à 12 semaines après la contraction du virus. À ce stade, la charge virale monte en flèche, augmentant jusqu'à 26 fois le caractère infectieux d'une personne. Donc, juste là, le risque par action de transmission vaginale réceptive passe de 1 exposition sur 1.250 à 1 exposition sur 50, et le risque de relations sexuelles anales réceptives passe de 1 sur 70 à plus de 1 sur 3. 

Infection aiguë, tests de dépistage du VIH et infection

Il est également important de comprendre que, pendant une infection aiguë, le système immunitaire n'a pas encore créé d'anticorps qui diminuent la charge virale, du moins depuis quelques années. Les tests VIH qui dépendent des anticorps peuvent fournir une lecture faussement négative pendant une infection aiguë, également connue sous le nom de «période fenêtre».

La présence d'une autre infection sexuellement transmissible (MST) - même sans symptômes, comme gonorrhée dans la gorge ou le rectum - peut augmenter le risque de VIH jusqu'à 8 fois, en partie parce que les MST augmentent l'inflammation, par conséquent, le nombre de globules blancs avec tropisme au VIH. 

Les conditions vaginales telles que la vaginose bactérienne, la sécheresse et les menstruations modifient également le risque.

Il n'y a pas beaucoup de certitude dans ces chiffres. Mais ils peuvent être un bon outil pour comprendre les risques. D'autres facteurs réduisent le risque. La circoncision le fait en moyenne à 60% pour les hommes hétérosexuels (j'étais cependant circoncis, me voici!). 

Traitement Comment Prévention?

Les personnes séropositives qui ont un une charge virale indétectable grâce aux médicaments peut réduire la 96% de risque de transmission (Je ne parierais pas sur la santé de quelqu'un qui est allé se coucher, le mur, ou une loge au Masque, de cette façon), un concept connu sous le nom de «traitement comme prévention».

Les premiers résultats de l'étude PARTENAIRE en cours (achevé en 2017) n'a trouvé aucune transmission entre les couples sérodiscordants hétérosexuels et sexuellement actifs, ainsi que les gays sérodiscordants dans un traitement réussi, même si des MST étaient présentes - Les laboratoires remercient les partenaires! -. Les personnes séronégatives peuvent prendre une pilule quotidienne de Truvada (…) comme prophylaxie pré-exposition, ou PrEP, pour réduire votre risque de 92%; de même, il existe une prophylaxie post-exposition ou PEP. 

Insulte - Pendant des décennies, c'était la seule possibilité

Le CDC dit que les préservatifs réduisent le risque environ 80%. (c'est une insulte à mon intelligence)  Ces chiffres varieront certainement en fonction de l'utilisation correcte et cohérente de la stratégie de prévention.

Les chercheurs voient également le risque à travers la construction de la famille, des relations, de la communauté et du statut socio-économique. 

Un exemple rapide: 

Selon les données du CDC, 84% des femmes séropositives contractent le virus par contact hétérosexuel. Comme les chercheurs aiment Judith Auerbach, PhD, professeur associé à l'Université de Californie à San Francisco, l'expression «contact hétérosexuel» masque la prévalence du sexe anal chez les couples hétérosexuels et le rôle de la violence sexuelle - qui peut être important parce que l'exposition à l'inégalité entre les sexes et à la violence du partenaire intime triple le risque de MST d'une femme et augmente ses chances de contracter le VIH 1,5 fois.

Sexe, sexualité et vie ou statistiques?

Pour trois relations, une est à risque total - statistiquement parlant! Ensuite, il y a le concept de risque cumulatif. Les chiffres souvent cités pour le risque de transmission du VIH sont considérés comme un exemple d'exposition. Mais ce n'est pas un nombre statique. Le risque s'accumule lors d'expositions répétées, bien que vous ne puissiez pas simplement additionner les probabilités de chaque exposition pour noter votre risque total. 

Les statisticiens, si vous êtes curieux, ont une formule pour le risque cumulatif: 1 - ((1 - x) ^ y) où x est le risque d'exposition (en décimal) et y est le nombre d'expositions.

Mais, avouons-le, beaucoup d'entre nous ne peuvent pas tabuler le pourboire dans un restaurant, il est donc peu probable que nous élaborions une algèbre avancée pendant cette heure, la soi-disant "Heure H"

Cependant, même les plus grands mathématiciens du monde ne seraient pas sages d'évaluer le risque de VIH sur la base de statistiques - ce serait faire des paris sur la vie ou la mort en utilisant des données où l'égalité est de l'autre côté. Agir ainsi est un pari sérieux, avec des implications proches de la folie. 

Les nombres et les probabilités peuvent être mal calculés et mal interprétés et nos vies, ou leur qualité, ne peuvent être "protégées dans ce contexte!"

Mathématiques appliquées, sexe, sexualité et gestion des risques

Exemple concret: 

Avoir 1 chance sur 70 de transmettre le VIH ne signifie pas que 70 expositions au virus sont nécessaires pour séroconvertir.  Cela signifie simplement que sur 70 expositions, moyenne, en pensant mathématiquement, l'un d'entre eux conduirait à l'infection par le VIH.

Vous voyez, si vous utilisez ces numéros, placez votre pari et mettez la balle dans la roulette, c'est toujours une roulette, vous pouvez être malchanceux (manque de toux ou d'imprévisibilité, ainsi que certains maux, vous pourriez, pouvez et peut-être contracter maintenant dans la première exposition.

Ou le lundi! 😉

Un autre concept important à comprendre est le risque absolu (qu'est-ce que vraiment le risque) par rapport au risque relatif (le pourcentage de variation du risque). 

Risques relatifs ou risques relativisés

Risco de pegar HIV
Cette question doit être posée avant de décider de ne pas utiliser de préservatifs! Gordon Johnson par Pixabay

Des phrases comme «La PrEP peut réduire votre risque de 92%» nous parlent des risques relatifs, mais la plupart des gens veulent connaître les risques absolusDans cet exemple, une réduction du risque de 92% ne signifie pas que le risque absolu final est de 8%.

Il s'agit plutôt d'une réduction de 92% du risque initial. Si le risque absolu initial est de 50%, la PrEP réduit le risque à 4%; si le risque initial est de 20%, la PrEP le réduira à 1,6%. 

Êtes-vous toujours devant la roulette, la balle en main? J'étais! ET…

Armé de données comme celles-ci, il est tentant d'essayer de calculer le risque de VIH pour des scénarios spécifiques et de planifier en conséquence. 

Par exemple, quelles sont les chances de contracter le VIH d'une personne atteinte d'une infection aiguë si vous êtes sous PrEP? 

De tels exercices peuvent être problématiques, prévient James Wilton, du CATIE (en français). O Échange d'information sur le sida au Canada, en anglais, spécialiste de la biologie de la transmission du VIH et de ses implications pour la communication des risques liés au VIH.  Dans la vraie vie, en raison de toutes les variables impliquées - allant de la charge virale d'une personne à la prévalence du VIH dans la communauté - il est très difficile d'identifier les risques initiaux, donc également les risques finaux pour chaque individu. 

«Les chiffres que vous présentez ne sont pas définitifs», note-t-il. 

Risco de pegar HIV
Le préservatif empêche l'effet domino

En outre, il y a souvent des lacunes dans la recherche, dit-il, ce qui signifie que dans de nombreux cas, les scientifiques peuvent toujours ne pas avoir d'exemples du monde réel pour étayer ces chiffres et calculs, mais ils ont une modélisation mathématique et une logique biologique à expliquer. pourquoi certaines idées sur le VIH sont vraies. 

Par exemple, nous n'avons pas de recherche directe montrant que le risque de transmission du VIH dans la PrEP est plus élevé si un partenaire a une infection aiguë par le VIHEn outre, de nombreuses études sur le VIH sont menées auprès de couples hétérosexuels sérodiscordants en Afrique, et les scientifiques ne sont pas sûrs à 100% que les résultats s'appliquent à tout le monde.

«Nous savons qu'il n'y a pas beaucoup de certitude dans ces chiffres», déclare Wilton. 

 

Mais il souligne qu '"ils peuvent être un bon outil pour aider les gens à comprendre les risques - ils ont juste besoin d'être remplis de beaucoup d'informations". 

Pour une discussion plus détaillée, voir les webinaires de Wilton à CATIE.ca

Et pour une excellente introduction sur la façon de comprendre les statistiques de santé, obtenez une copie de Connaissez vos chances: 

Pendant les rapports sexuels (à ce moment le mot est posé avec la musique de Gonzaguinha -Explode ... », notre perception du risque est remplacée par l'amour, la luxure, la confiance et l'intimité.

Gestion des risques en cas de sida?!

Lorsque vous n'avez aucune information ou que vous ne comprenez pas les faits, vous ne pouvez pas comprendre votre véritable risque de VIH. Si vous sous-estimez la prévalence du VIH dans votre communauté, vous sous-estimerez votre risque.

La recherche a révélé que plus d'un homme gay sur cinq dans les villes urbaines est séropositif et que le virus est plus répandu parmi les HARSAH de couleur et certaines communautés.

Les personnes de ces communautés sont plus susceptibles d'entrer en contact avec le virus, même si elles ont moins de partenaires et pratiquent plus souvent des rapports sexuels protégés. En d'autres termes, le risque de VIH de tout le monde n'est pas le même. Peut-être la plus grande erreur de calcul est l'évaluation incorrecte selon laquelle vous ou votre partenaire êtes séronégatifs; cette chose:

Ahhhhh elle ne "l'a pas", belle comme ça?

Toim ...

C'est pourquoi les stratégies de réduction des risques, comme le sérotriage (mot intraduisible qui peut être interprété comme une roulette sexuelle russe ... 

Avec bras dessus bras dessous

Ou ceci: avoir des relations sexuelles sans préservatif uniquement avec des personnes qui sont censées et souhaitent vivre la même chose statut sérologique, qui ont des marges d'erreur désastreuses, déplorables et tragiquement plus grandes! Perry Halkitis, PhD, chercheur à l'Université de New York qui a suivi des cohortes de jeunes HSH et de personnes âgées séropositives, a noté que les gens supposent comment: 

«Il est plus âgé et vient de la ville, il est donc très probable qu'il soit positif et moi non.

Et cette belle fille, aux yeux sombres, le corps tourné par Vénus, une sirène….! Cette fille "tellement, tellement belle, il n'y a pas" ...

Et là je vais "coucher avec elle". Bien sûr, dormir avec elle, cette nuit-là, sera tout ce qui ne sera pas fait !!!

«Les gens prennent des décisions sexuelles basées sur leurs évaluations émotionnelles, avec leur luxure, leur désir, le volume d'hormones dans le sang et, pour citer Paulo Calabrês, de Neurovox, la passion est un état temporaire de folie ou de démence partielle.

Les gars, comment je sais ça! Le fou me perdrait!

Connaissez-vous le Tarot?

 

La personne, et elle a besoin d'être beaucoup plus concentré sur l'acte«, Déclare Halkitis, qui croit également que l'éducation de base sur le VIH doit entrer dans les nuances de la transmission.

Il se demande alors qui apprendrait aux jeunes à ne pas utiliser de vaseline avec des préservatifs, par exemple, ou à ne pas avoir de conduit avant les rapports sexuels. (si nécessaire, faites-le quelques heures avant) ou, si vous utilisez des médicaments, ne partagez pas l'eau et les excréments, qui peuvent également propager le virus.

 Tous les chiffres dans le monde ne changeront pas le fait que les gens sont terribles lorsqu'ils évaluent leur risque d'infection par le VIH. 

Souvent, pour une bonne raison. Si vous avez du mal à trouver un emploi, un repas ou un logement, Le VIH n'est pas au sommet de votre liste de préoccupations, même si l'exposition à plus de risques dans votre vie quotidienne augmente le risque du virus. 

Passion stupide

Si vous tombez amoureux ou si vous sortez ensemble, vous ne voyez pas votre partenaire comme une menace pour votre vie, en particulier en ce qui concerne le VIH, malgré le fait qu'aujourd'hui les deux tiers des infections à VIH qui se produisent partout se produisent parmi les couples , et peu importe la nature de ces couples, partout sur la planète! Et il est très évident pour moi que cela s'est produit partout!

Amarílis était un tel cas »

Jaqueline, fais-le fredonner, fredonner aussi contracté comme ça! 

Je persiste; Le Dr Vera Paiva, de NEPAIDS, a déclaré que le mariage est une situation à risque pour les femmes! Et je suis d'accord sur le sexe, le nombre et la note! Pour aller plus loin, en le citant à nouveau: il n'est pas possible de prévenir le VIH / sida.

Même dans les relations, de personne à personne, vous n'obtenez probablement pas de tableau, relation après relation, votre risque personnel de contracter le VIH!

Geler le sang!

 Une enquête a demandé aux jeunes HSH ayant eu des relations sexuelles en ligne d'énumérer leurs principales préoccupations. 

Les réponses? 

Que si la personne qu'ils rencontraient ne ressemblait pas à ce qui apparaît dans leur profil, ou qu'elle représentait un risque d'être battue ou volée, elle serait rejetée et la sérologie VIH n'était pas, et ne serait pas, la principale préoccupation.

Chez Rala et Rola.

Ce n'est pas parce que les jeunes n'étaient pas au courant du virus, explique Alex Carballo-Diéguez, PhD, l'un des auteurs de cette étude, avec de nombreuses recherches supplémentaires sur les HSH et le VIH. 

Perception du risque

«Dans la salle d'entrevue, assis en face de moi, la plupart des hommes homosexuels augmentent leur perception du risque et peuvent réciter avec précision toutes les circonstances pouvant entraîner la transmission du VIH», explique Carballo-Diéguez. 

«Mais, au moment de la rencontre sexuelle, lorsque les hommes recherchent l'expérience la plus satisfaisante possible, la perception du risque recule et est remplacée par l'amour, la confiance, l'intimité, la luxure, l'excentricité et bien d'autres condiments qui améliorent le goût du sexe. 

Cette citation est utile: [penci_blockquote style = ”style-2 ″ align =” right ”author =” Blaise Pascal ”font_style =” italic ”uppercase =” true ”text_size =” 35 ″] Le Coeur est votre raison d'être ne connait point »[/ penci_blockquote]

Pitié!

«Nos expériences sexuelles ne concernent pas le 'Danger! Danger! Will Robinson! », Déclare Jim Pickett, directeur de la prévention et de la promotion de la santé pour les hommes gais à la AIDS Foundation of Chicago. 

Quand il était un peu moins de 1h45 au Masque j'avais déjà préparé les magnétophones, je les avais mis sur place, j'ai aussi déclenché une cassette K₇, pour d'éventuelles urgences et, dès que Pity est passé vers sa loge j'ai pensé:

"Et c'est parti". Qu'est-ce qui nous a excités? Eh bien, la disposition de chacun de nous pesait beaucoup! C'était une femme magnifique, qui savait exactement comment m'attendre et dès que nous nous sommes rencontrés là-bas, dans le vestiaire!

Personne ne fait l'amour avec une calculatrice à la main ou avec un mètre à côté du lit!

Hou la la! Oui, ça l'est…

… Le sexe est une question de plaisir, d'intimité et de choses qui nous font du bien. Et dans le monde réel, les preneurs de risques sont célébrés. Nous devons prendre des risques chaque jour. » 

Une meilleure approche, dit-il, n'est pas de demander:

 "Quel est mon risque de VIH?" mais à la place, pensez: 

Puis-je attraper le VIH ici?

 

Banaliser le SIDA est un problème sérieux

Len Tooley, un collègue de Wilton au CATIE qui effectue également des tests de dépistage du VIH, est d'accord. 

La santé sexuelle est souvent encadrée par l'idée de risque plutôt que de récompenses.

Cela peut présenter le VIH et ceux qui en vivent comme le pire résultat possible, note-t-il, ce qui est non seulement stigmatisant, mais souvent irrationnel et faux, car de nombreuses personnes vivant avec le VIH sont, en fait, très bien.

Oui! C'est vrai. Très bien, prendre 5 à 25 comprimés par jour! 

Cool, non? Il y avait un pathétique. Celui qui a fini par être enterré dans sa mer de commodités qui a dit que vivre avec le VIH était bien. Oui! Mais il ne répondait pas et, d'après ce que j'ai vu, il ne voulait pas contracter le VIH. Non, pas Ledus Enganus!

Banalisation elle-même: Lisez ici!

Et les verres bleus ou roses

«Lorsque nous nous impliquons dans les concepts de risque, il est facile de descendre dans le terrier du lapin», déclare Tooley. 

«Lorsque les gens demandent des chiffres, ils essaient généralement de trouver un équilibre entre ce qu'ils veulent faire sexuellement et les chances que ces activités conduisent à la transmission du VIH. 

Un simple follicule enflammé, ou trente mille d'entre eux ne sont pas des signes cohérents du SIDA

Et gardez à l'esprit: Politique Covid-19 c'est dévastateur et avec des conséquences vertigineuses!

Les discussions qui suivent, dit-il, soulèvent des questions sur la morale et les valeurs entourant la transmission du VIH, sur le risque que nous pensons qu'il vaut la peine de prendre, sur la façon dont nous percevons le VIH comme un résultat possible de nos actions et quand il est bon de jeter les préservatifs

Je suggère, même parce que j'ai dû apprendre, de pratiquer des rapports sexuels protégés!

Et gardez à l'esprit qu'il est possible d'avoir un bébé. Être mère ou père malgré le VIH. Il y a des précautions à prendre, bien sûr! Mais c'est possible! En d'autres termes, des questions auxquelles on ne peut répondre par un chiffre!

C'est simple! Comme il est également nécessaire d'expliquer que Les «ganglions lymphatiques réactifs» ne sont pas un symptôme clair du sida. Et, pour bien clarifier, les ganglions lymphatiques de réaction ont un nom beaucoup plus simple:

Langues!

C'est simple! Les beaux mots ne font pas de vous une autorité sur les pi ** s!…

Traduit par Cláudio Souza, le 24 juillet 2020 de l'original en, Contre toute attente: quelles sont vos chances de contracter le VIH dans ces scénarios? Publié à l'origine en 26 Mars 2014 Par Trenton Straube

 

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

Parlez à Claudio Souza